VERSION  ANGLAISE

 

Le Cameroun compte aujourd’hui 21 millions d’habitants (recensement 2005) dont 40% sont pauvres (FMI). 60% de ces pauvres vivent en milieu rural. Soit sensiblement cinq millions de camerounais.

Les photos ci-dessous ont été prises en milieu rurale, où 40% des enfants du primaire ont un maître rémunéré par les parents (ECAM II). Elles  donnent une illustration de cette pauvreté. A bien observer ces enfants et leur salle de classe, il est évident : - qu’ils ne mangent pas à leur faim, qu’ils ne sont pas bien logés. - qu’ils ne sont pas bien soignés, - qu’ils ne sont pas bien éduqués bref qu’ils ne grandissent pas dans des conditions minimales dues aux enfants (Droits des enfants). 
La principale ressource de leurs parents c’est leur force de travail - qu’ils ne peuvent valoriser que dans les activités agro-silvio-pastorales. Si on favorise les conditions de mise en valeur de ce potentiel, non seulement les conditions d’éducation de ces enfants changeront mais aussi celles de ces paysans qui en inondant les villes de leurs productions contribueront à l’amélioration des conditions de vie des citadins…

 Le « CRAC » sait comment accompagner ces paysans. C'est-à-dire lever le potentiel de production des différentes régions du Cameroun en dopant l’orgueil et le pouvoir d’achat de ces paysans. 
Voila un des aspects du projet que le « CRAC » propose aux camerounais.

  

Quelques salles de classe en milieu rural, à l'Extrême-Nord-Cameroun.


Qu’en pensez-vous ?

 

 

Pain enrichi aux farines locales !

Lors du comice agropastoral d’Ebolowa en 2011, la Coalition Souveraineté Alimentaire Cameroun (COSAC) a démontré que le pain enrichi aux farines locales présentait beaucoup d’avantages : Appétissant et nutritif, 40 000 emplois l’an, 15 milliards d’économie en devises l’an, souveraineté alimentaire renforcée…

 La boulangerie baptisée «  Boulangerie  vert-rouge-jaune » implantée au cœur du village du comice et qui offrait à goûter et à manger du pain et autres viennoiseries enrichis aux farines locales ne désemplissait pas.

Ils étaient nombreux, les têtes couronnées et autres ministres du gouvernement qui prenaient plaisir soit à goûter, soit à tenir le fourneau (voir photos). 

Bientôt quatre ans de cela, qu’aucun de ces pontes du pouvoir n’a aidé  à obtenir la décision politique nécessaire pour implémenter ce projet.

Qu’en pensez-vous ? Que faire pour obtenir une telle décision ?

 

 Bon an mal an, après le bétail qui vient en première position, l’oignon avec une production annuelle avoisinant les 550 000 tonnes contribue pour près de 500 milliards l’an au PIB du Niger. Le porte étendard étant le VIOLET DE GALMI, variété très prisée,  du nom de cette bourgade située à 450 Km au nord de Niamey. En matière d’agriculture tropicale, nos pays recèlent d’essences, de savoir faire et d’expériences que nous devons valoriser, partager et faire évoluer.

De la production à la commercialisation en passant par la transformation et autres conservations, il y a matière à partage entre les producteurs  africains.

 

Le CRAC se propose de développer les relations sud –sud partout en Afrique et en Asie dans la perspective du projet agricole qu’il propose aux camerounais. (Voir les détails du projet  Lien documents de présentation du CRAC)

 Champ de production des oignons au Niger.

 

QU’EN PENSEZ-VOUS ?

 

 

Le saviez-vous

Le Kaolin, une richesse de Balengou

Vous connaissez certainement le Kaolin, cette pierre douce que les femmes - surtout enceintes en  raffolent. Savez-vous qu’il provient non seulement de Calabar au Nigéria, mais aussi  de Balengou à l’Ouest Cameroun ? Attention ! ! On ne le ramasse pas.

Lire la suite...

Nomades, Transhumants ou pasteurs

Au rythme des saisons ou mieux de la disponibilité en herbes, ils se déplacent  permanemment tout au long de l’année avec troupeaux,

Lire la suite...

Fête chez les nomades/ transhumants du Niger

Une fois par an, l’AREN (Association pour la Redynamisation de l’Elevage au Niger) organise la fête annuelle d’EGGO, du nom de ce village situé à 800 km au Nord-Ouest de Niamey.

Lire la suite...

Education

En milieu rural, 40% des enfants du primaire ont un maitre rémunéré par les parents (ECAM II).

Lire la suite...

Conservation des oignons au Niger

Ces chapiteaux traditionnels que vous voyez au premier plan ne sont pas des cases mais des abris où les oignons se conservent plus d’un an. Incroyable !

Lire la suite...

Le CRAC sur le terrain

Nos emissions TV

Newsletter

Visites sur le site

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats